その他 「神の死」の先にある文明 : アンドレ・マルロー「ヨーロッパのある青春について」をめぐって
Par-delà la mort de Dieu : l’étude d’un essai sur la civilisation d’André Malraux

石川, 典子

19pp.1 - 21 , 2016-03-31 , 『年報 地域文化研究』編集委員会 , 東京大学大学院総合文化研究科地域文化研究専攻 , 東京大学大学院総合文化研究科
ISSN:13439103
NII書誌ID(NCID):AA11222699
内容記述
Dans cet article, nous essayons de mettre en lumière l’avenir de l’Occident dont André Malraux a pensé dans son essai intitulé « D’une jeunesse européenne ».Il a écrit cet essaien 1927 après être rentré en France de l’Indochine où il était allé pendant environ trois ans. Nous avons pour but de révéler l’essence des écrits de Malraux dans cet essai, qui est influencé par Valéry et Nietzsche, et de présenter la vision que Malraux a eue pour établir une nouvelle civilisation. Pour commencer, Malraux a émis l’idée que le déclin du catholicisme constituerait un des problèmes d’actualité sur la civilisation occidentale. Bien qu’il soit admis que le catholicisme est un des fondamentaux de l’Occident, il estime que cette religion a favorisé une civilisation soumise qui ne correspond plus à la réalité occidentale. Après « la mort de Dieu », Malraux a pensé que l’homme doit devenir « la réalité » à la place de Dieu. Mais, il lui semble que l’individualisme qui favorise la sensibilité a dominé tout le siècle et que l’idée du lien entre les hommes a entièrement disparu. Malraux a décelé dans ce phénomène une des premières apparitions de l’absurde. Ensuite, Malraux aborde le problème de la recherche de la conscience du « Moi ». D’après Malraux, le « Moi » est l’objet insaisissable qui réside au plus profond de nous-mêmes. Toutefois, il indique que l’esprit européen qui établissait la relation entre le monde et l’acte de l’homme tend à fixer le « Moi » dans la conscience. Malraux croit que soumettre le « Moi » sous la conscience et rechercher le « Moi » de cette façon est exactement identique à une des idées de l’individualisme et que cette tentative fait avancer la situation absurde. Malraux conclut que la situation occidentale qui se dirige vers l’absurde signifie la manifestation de l’angoisse et del’instabilité à cause de la perte de la valeur absolue comme le Dieu. Malraux pense ainsi qu’il faut oser regarder en nous-mêmes pour élever une nouvelle civilisation occidentale.
本文を読む

http://repository.dl.itc.u-tokyo.ac.jp/dspace/bitstream/2261/59419/1/NCk_19_001.pdf

このアイテムのアクセス数:  回

その他の情報