その他 芸術としての絵画 : アンドレ・マルローの初期映画論
Cinéma comme l'art : Première théorie de cinéma chez André Malraux

石川典子

18pp.24 - 46 , 2015-03-31 , 『年報 地域文化研究』編集委員会 , 東京大学大学院総合文化研究科地域文化研究専攻 , 東京大学大学院総合文化研究科
ISSN:13439103
NII書誌ID(NCID):AA11222699
内容記述
Dans ce mémoire, nous essayons de réfléchir sur la première théorie de cinéma chez André Malraux. En général, André Malraux est connu en tant qu’si écrivain ou homme politique. Mais en fait, il a beaucoup écrit sur l’art; par exemple, Les voix du silence, La Métamorphose des dieux. Esquisse d’une psychologie du cinéma, publié en 1940, est le premier écrit sur l’art de Malraux. Malgré le fait que cette étude se focalise sur le cinéma, elle condense toute sa pensée sur l’art. Pour Malraux, le cinéma est le premier sujet d’écrit sur l’art et c’est aussi le point de départ de sa pensée originale sur l’art. Dans ses écrits sur l’art, en retournant l’histoire des arts plastiques de présent au passé, il essaye de répondre à de grandes questions comme: qu’est-ce que l’art ou qu’est-ce que le sens de la vie? En commençant par le cinéma, sa pensée sur l’art aboutit à répondre à la question de la condition humaine. Ce mémoire a pour but de révéler clairement comment la réflexion sur le cinéma commence et de comprendre l’essence de la pensée esthétique de Malraux. Malraux dit que l’art est “la monnaie absolue” qui existe dans tous les temps. Bien que les oeuvres d’art se métamorphosent avec le temps, la création artistique et l’esprit d’oeuvre font appel au coeur de l’homme qui vit dans le monde présent. Pour Malraux, seul l’art résiste un destin de l’homme mortel, la création artistique triomphe de la mort. Ses idées sur l’art s’appliquent aussi au cinéma. Selon lui, l’histoire des arts plastiques occidental depuis la Renaissance se comprend comme le désir de reproduire le mouvement, elle mène nécessairement à la naissance du cinéma. Malraux considère que les styles particuliers au cinéma comme dans l’art, c’est-à-dire le découpage et la relation entre le son et l’image, peuvent représenter “l’anti-destin”. Pourtant, la limite du cinéma s’aperçoit aussi. Car le cinéma encourage l’industrie et il peut agir sur nous comme mythe. Malraux regarde ces points comme un obstacle qui empêche l’art de déployer sa force d’ “anti-destin”.
本文を読む

http://repository.dl.itc.u-tokyo.ac.jp/dspace/bitstream/2261/56637/1/NCk_18_002.pdf

このアイテムのアクセス数:  回

その他の情報