紀要論文 <Varia>De l'appareil d'État aux dispositifs de pouvoir : A propos de Théories et institutions pénales et La société punitive de Foucault

Sato, Yoshiyuki

47pp.91 - 107 , 2017-03 , Institute for Research in Humanities Kyoto University
ISSN:0084-5515
NII書誌ID(NCID):AA00498213
内容記述
Théories et institutions pénales et La société punitive de Michel Foucault, cours au Collège de France donnés en 1971-1972 et 1972-1973, sont les travaux les plus marxistes parmi ses oeuvres. Utilisant la notion de « guerre civile » qui nous rappelle la notion marxiste de « lutte des classes », Foucault analyse, dans le premier cours, les séditions populaires à la fin du régime absolutiste et la formation de la police, soit « l'appareil d'État » qui a la fonction de les prévenir, et il examine, dans le deuxième cours, la formation de la classe prolétaire et sa moralisation ou normalisation dans la période de développement du capitalisme. Ce qui nous intéresse alors est ceci : Foucault précise dans ces cours, notamment dans La société punitive, que « l'appareil d'État » joue un rôle important pour la formation du pouvoir disciplinaire, même si celui-ci n'est pas centré sur le pouvoir d'État. Dans cette notion d'« appareil d'État » qu'utilise Foucault, nous pourrions entendre une résonance de la notion d'« appareils idéologiques d'État » qu'a proposée Althusser dans son article fameux sur « L'idéologie et les appareils idéologiques d'État » (1970). Si le « pouvoir disciplinaire » chez Foucault a un rapport étroit avec l'appareil d'État, notre réflexion amènera à reconsidérer l'écart théorique entre Foucault et Althusser. À travers une lecture de ces deux cours foucaldiens, nous voulons réfléchir au rapport entre pouvoir disciplinaire et appareil d'État, et à l'influence d'Althusser sur la formation de la théorie du pouvoir disciplinaire.
本文を読む

http://repository.kulib.kyoto-u.ac.jp/dspace/bitstream/2433/225134/1/zinbun_47_91.pdf

このアイテムのアクセス数:  回

その他の情報