紀要論文 La « Loi Faure » (1968) et ses répercussions sur les études de psychiatrie en France : Recherches sur un cercle de sociabilité à la frontière entre le politique, la médicine et les humanités

Delille, Emmanuel

46pp.111 - 133 , 2016-03 , Institute for Research in Humanities Kyoto University
ISSN:0084-5515
NII書誌ID(NCID):AA00498213
内容記述
Varia
Quel processus de décision politique a présidé à la réforme de l'enseignement de la psychiatrie et à l'introduction de la psychanalyse dans les universités françaises ? Dans la société d'après-guerre, le statut des médecins psychiatres a changé au terme de la crise politique de « Mai 68 ». Le Ministre de l'Enseignement Supérieur, Edgar Faure (1908–1988), est crédité d'avoir lancé la réforme (« Loi Faure », 1968) qui a fait de la psychiatrie une spécialité médicale à part entière, indépendante de la neurologie, et d'avoir promu la place de la psychanalyse dans les sciences humaines et sociales, en permettant la création d'un premier Département de Psychanalyse à l'Université expérimentale de Vincennes (1971). Mais la modification du statut de psychiatre est aussi l'aboutissement de nombreuses années de revendication, elle suit des mesures préconisées par le Livre Blanc de la psychiatrie française (1965–1968), publié sous la direction d'Henri Ey (1900–1977). Partant, il est tentant de reconstruire le processus de décision politique en reprenant la thèse d'une minorité active, à la fois conseiller du prince et capable de canaliser le mécontentement de groupes minoritaires, comme cela a été fait auparavant par le sociologue Haroun Jamous pour la réforme des études médicales (« Loi Debré », 1958). Mais qui sont ces acteurs ? Peut-on identifier un réseau dans l'entourage du Ministre ? Sans trancher entre plusieurs types d'interprétation des faits, l'auteur insiste sur les cercles de sociabilité intellectuelle impliqués dans la réforme.
本文を読む

http://repository.kulib.kyoto-u.ac.jp/dspace/bitstream/2433/209946/1/zinbun_46_111.pdf

このアイテムのアクセス数:  回

その他の情報